Un autre regard …

« C’est sale, ça pue, c’est dégeu, on choppe des maladies, j’veux pas voir ça … »

Les déchets ont depuis toujours une sale réputation, c’est le moins que l’on puisse dire.

C’est aussi pour cela que, depuis des lustres, il n’y a pas foule parmi les élus à vouloir s’en préoccuper. Si ce n’est à vouloir – tout simplement – les brûler ou les enfouir !

Les déchets, un business …

Les industriels, les premiers, ont bien senti qu’il y avait là, un juteux business à développer : puisque les collectivités ne manifestent vraiment pas d’enthousiasme pour gérer le problème, on va leur proposer des solutions « clef en main ». Un incinérateur par-ci, un centre d’enfouissement par-là, et un tri mécano-biologique (TMB) par-ci, et un méthaniseur par-là, . . . construction, gestion, exploitation, les industriels contrôlent les déchets de la poubelle à leur exutoire final.

Ce qui arrange finalement bien les élus qui trouvent là l’opportunité de se décharger d’un fardeau bien encombrant et qu’aucun d’entre eux ne se précipite pour en assurer la gestion, bien au contraire. Celui ou celle qui en récupère la charge a plutôt tendance à le vivre comme une punition, rare sont ceux qui en exprime un réel désir.

Et la conséquence de ces sous-traitances est qu’au fil des années, les collectivités connaissent de moins en moins leur propre outil !

Mais les temps changent.

C’est connu et reconnu, c’est très souvent d’une lutte contre un projet – que la population juge inutile et mal approprié – que naissent de belles conversions. A l’image de Capannori en Toscane, collectivité de 47000 âmes, qui se sont élevées début des années 2000 contre la construction d’un incinérateur. Dix ans après, Capannori – pionnier en Europe – est cité en référence dans le monde entier comme LA collectivité du Zéro Déchet.

Quel chemin intellectuel parcouru !

Pour en arriver là, les élus ont dû faire un virage culturel à 180° !

Pour preuve, à Capannori, le terme « déchet » qui ne représente que la fraction résiduelle – c’est à dire celle qui n’est ni réutilisable, ni recyclable, ni compostable – est appelé « erreur de design industriel », ce qui est évocateur de leur nouvelle approche philosophique.

Les élus se sont emparés du problème à bras-le-corps et ont créé toute une filiaire économique locale avec 80 emplois à la clef !

© 2018 - Zero Waste Pays d'Auray - WordPress theme by Dameer DJ.

!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->